Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Domenica

Presque Rien !

28 Septembre 2006 , Rédigé par Domenica Publié dans #julia-brigida

Presque Rien ! Il suffit de presque rien ! Pour que se croisent nos chemins, Et se dire que la vie vaut bien Un sentiment, oui, c'est certain. Sentir battre à l'unisson, Deux coeurs épris de passion, Et brûler d'un Amour éternel, Pour que vivent nos plaisirs...

Lire la suite

L'Appel !

26 Septembre 2006 , Rédigé par Domenica Publié dans #julia-brigida

Répondre à l'appel de mon coeur ! Je crois que je n'aurai pas peur, Porter un regard jusqu'à l'infini ! Voilà cette envie qui me séduit. Jusqu'aux confins du bonheur ! Je veux aller sans pudeur, Et j'entends battre mon coeur ! Qui me sussure que c'est...

Lire la suite

Chemin de mon Amour

26 Septembre 2006 , Rédigé par Domenica Publié dans #julia-brigida

Chemin de mon Amour Chemin de mon Amour, Je te cherche toujours, Chemin de mon espoir, A Toi, je veux croire. Chemin de ton coeur, Je veux suivre sans heurts, Chemin de mon Amour, Guides-moi toujours..... Même dans les nuages...... Je suivrai ton chemin............

Lire la suite

Mon Amour

25 Septembre 2006 , Rédigé par Domenica Publié dans #julia-brigida

Mon Amour Chantons encore cette mélopée, Car de Toi ! j'ai envie cette nuit, Songeant à ton corps émacié, Entre tes bras, jusqu'à minuit. Sur ma peau, je veux te sentir, Accrochés, l'un à l'autre, je vois, Tes mains cherchant à ressentir, Mon grand trouble...

Lire la suite

A toi, mon Inconnu,

23 Septembre 2006 , Rédigé par Domenica Publié dans #julia-brigida

A toi, mon Inconnu, Atteindrais-je jamais ce port ? Qui, dans mon cœur, se dessine, Oh ! havre de paix qui dort, Caché au fond de moi, décline. Est-ce ce lointain rivage ? Eaux bouillonnantes d'écume, Sables et vents sur la plage, Passent dans ma vie...

Lire la suite

Dérive...

18 Septembre 2006 , Rédigé par Domenica Publié dans #julia-brigida

Dérive... Pays aux lointains rivages, Je rêve à vos belles plages, Vos horizons sans nuages, Du fond de ma vie sans âge. Perdue dans cette nuit des temps, Je errais depuis bien longtemps, Au fin fond de notre espace-temps, Ô ! Toi, mon Ame dérivant........

Lire la suite