Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Domenica

A une Madone

10 Octobre 2007 , Rédigé par Maria Cesare Publié dans #mes auteurs préférés

nuit_et_vagues.jpg

Je voudrais partager avec vous ce beau poème de Baudelaire

Issu de son recueil «  Les fleurs du mal « 

A une Madone


Je veux bâtir pour toi, Madone, ma maîtresse,
Un autel souterrain au fond de ma détresse,
Et creuser dans le coin le plus noir de mon coeur,
Loin du désir mondain et du regard moqueur,
Une niche, d'azur et d'or toute émaillée,
Où tu te dresseras, Statue émerveillée.
Avec mes Vers polis, treillis d'un pur métal
Savamment constellée de rimes de cristal,
Je ferai pour ta tête une énorme Couronne ;
Et dans ma jalousie, ô mortelle Madone,
Je saurai te tailler un Manteau, de façon
Barbare, roide et lourd, et doublé de soupçon,
Qui, comme une guérite, enfermera tes charmes ;
Non de Perles brodées, mais de toutes mes Larmes !
Ta Robe, ce sera mon Désir, frémissant,
Onduleux, mon Désir qui monte et qui descend,
Aux pointes se balance, aux vallons se repose,
Et revêt d'un baiser tout ton corps blanc et rose.
Je te ferai de mon Respect de beaux Souliers
De satin, par tes pieds divins humiliés,
Qui, les emprisonnant dans une molle étreinte,
Comme un moule fidèle en garderont l'empreinte.
Si je ne puis, malgré tout mon art diligent,
Pour Marchepied tailler une Lune d'argent,
Je mettrai le Serpent qui me mord les entrailles
Sous tes talons, afin que tu foules et railles,
Reine victorieuse et féconde en rachats,
Ce monstre tout gonflé de haine et de crachats.
Tu verras mes pensées, rangées comme les Cierges
Devant l'autel fleuri de la Reine des Vierges,
Étoilant de reflets le plafond peint en bleu,
Te regarder toujours avec des yeux de feu ;
Et comme tout en moi te chérit et t'admire,
Tout se fera Benjoin, Encens, Oliban, Myrrhe,
Et sans cesse vers toi, sommet blanc et neigeux,
En Vapeurs montera mon Esprit orageux.

Enfin, pour compléter ton rôle de Marie,
Et pour mêler l'amour avec la barbarie,
Volupté noire ! des sept Péchés capitaux,
Bourreau plein de remords, je ferai sept Couteaux
Bien affilés, et, comme un jongleur insensible,
Prenant le plus profond de ton amour pour cible,
Je les planterai tous dans ton Coeur pantelant,
Dans ton Coeur sanglotant, dans ton Coeur ruisselant.

                       Charles Baudelaire                        


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

PAUL 02/05/2009 02:03

j ai de prime abord simplement regardé les photo puis j ai lue et alors c était un moment agréable alors simplement MERCI
PAUL

nefertiti 27/12/2007 22:41

Le pére du symbolisme..un grand poête que j'aime beaucoup!
Nefertiti

Thalie 19/10/2007 15:05

merci ma douce merci 100 fois de me faire partager se texte il faut que j'investisse dans cet oeuvre elle me paraît incontournable....prend soin de toi bisous tout doux Thalie

Runner 11/10/2007 22:20

Baudelaire, mon maître en poésie,Inspirateur qui me fit entendreLes vibrations profondes de la vieet me fit enfin comprendreQue si grande soit mélancolieElle n'est jamais une infamiemais si  noble façon d'existerEn ce monde où il faut subsisterBien à toi Maria!Runner

jean-marie 11/10/2007 16:44

Bonsoir, chère Maria...très bon choix... comme d'habitude chez Baudelaire, splendeur et cruauté...je t'embrasse amicalementjean-marie