Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Domenica

Sombre destin !

28 Juillet 2014 , Rédigé par Maria Cesare Publié dans #Poésies

Sombre destin!

 

Je sombre lentement, répandant l'âpreté

D'un obscur sentiment, dont je voudrais douter

Ténébreux châtiment pesant sur ma pensée

Que mon esprit dessine en voulant l'effacer.

 

Tant d'émotions me viennent oppresser ma poitrine

Que tout mon Être tremble et mon cœur assassine

Tous ces desseins sournois qui hantent tous mes rêves,

De cauchemars brûlants sans plus la moindre trêve.

 

La vie s'est arrêtée et j'ai tout sacrifié,

Coulent alors toutes larmes de mes yeux mortifiés,

Que j'en oublie mon Âme, sur les bords du chemin,

Espérant follement, tenir encor ta main.

 

Paroles inutiles n'ayant, ce soir, plus cours,

Mais écrites quand même, pareilles à un discours,

Osant t'avouer enfin, mes tourments clandestins,

Faits de jours et de nuits noircissant mon destin.

 

Maria CeSare. Le 28 juillet 2014

 

Sombre destin !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

gael L 01/03/2015 00:04

je continue de lire mon énorme retard chez toi Maria, ...et je ne regrette en rien ma virée nocturne dans ton antre de mots :-)
bisous et belle nuit

Jerry ox 07/08/2014 12:56

Mais , je t'en prie Maria , je ne fais que dire ce qui est . Bonne journée !

Maria 06/08/2014 15:41

Merci pour tous tes beaux commentaires que j'apprécie et aujourd'hui, pour le beau compliment que tu me fais, cela m'apporte un peu de rose dans ma vie....LOL !!!! et au plaisir de te relire. Bises amicales

Jerry Ox 06/08/2014 15:06

Bonjour Maria, je vois d'emblée que tu as changé le design de ton blog, c'est un vrai petit journal poétique ! Un beau poème passionné comme tu en as le secret et ce vers " Tant d'émotions me viennent oppresser ma poitrine" . Très bien dit ! Si je puis me permettre à ce propos, sur ta photo de profil, tu laisses deviner un bien joli décoletté .

Satine 28/07/2014 13:01

Magnifique comme toujours, tu parviens à rendre belle la plus vile tristesse...